Photo Les Choses de la vie.jpg
Loin de faire de moi une personne déprimée et morbide, cette familiarité avec la mort, cette méditation sur elle, m'a donné un goût intense de la vie et du plaisir ... J'y ai puisé une immense énergie. 
Marie de Hennezel
Les choses ont changé. La mort n’est pas seulement un phénomène naturel, elle est repoussée, occultée, niée, presque. Le deuil n’est donc plus un temps nécessaire dont la société impose le respect, il est devenu un état morbide qu’il faut soigner, abréger, effacer. 
Philippe Ariès