top of page

NOS DEFUNTS NOUS ACCOMPAGNENT TOUT-AU-LONG DE LA VIE

Dernière mise à jour : 26 avr.

Absents et cependant si présents ...


Deuil et poésie : source d'inspiration qui se révèle parfois dans la création de nos écrits, les défunts nous parlent.


Collage Natyossu, Absence/Présence n°5

En ce début de printemps, l'association a choisi de publier un poème intitulé Les murmures d'Antoine ..., texte d'une maman, écrit lors d'une séance de nos ateliers d'écriture du souvenir.


Avec ce partage, elle réussit à nous faire sentir cette présence si particulière qui l'accompagne depuis si longtemps . La voix d'Antoine murmurée au creux de son oreille inspire les vers de ce poème écrit à l'encre du coeur .




Les murmures d'Antoine

Mars 2024


Regarde bien,

Écoute bien !

C’est moi,

Je suis là.


Quand tu t’arrêtes sous le cerisier

et que tu écartes les branches

pour avancer dans la lumière,

caresse l’écorce et la sève

qui a durci en gouttes brillantes,

d’un rouge-orangé profond,

transparent et opaque à la fois.

Caresse-les car je suis là.


Quand tu t’enveloppes

dans ton châle de laine

ou dans ta robe de velours,

que tu hésites longuement à choisir

quelle nuance de bleu tu porteras,

Enfouis ton visage

dans ces étoffes, douces, moelleuses

et savoure leur chaleur,

Car c’est moi, je suis là.


Quand les oiseaux gazouillent

dans le cerisier

et que les feuilles frémissent sous le vent,

que le bois craque

alors que tu te balances dans le hamac,

Inspire, déploie ton souffle

comme une cascade de rires,

Car je suis là.


Quand tu t'assois dans l’escalier,

genoux serrés,

comme si tu voulais te cacher,

quand tu marches sur le carrelage froid,

pieds nus jusqu'à la cheminée,

Écoute le silence,

écoute le rythme de la danse immobile

qui veut jaillir de toi,

Car c'est moi, je suis là.


Quand tu cueilles les cerises,

que tu les croques jusqu'au noyau,

que le jus rouge vif gicle

et se répand dans ta gorge

ou sur tes doigts,

Accueille la force de la vie,

ne retiens pas ton chant,

danse,

Car c’est moi, je suis là.


Quand tu hurles et trembles

de colère ou de peur,

que soudain tu te figes,

désespérée,

quand ton cri épouse le silence,

Ne crains pas, relève toi !

Je suis là.

Apaise ton coeur,

revêts la joie,

Exulte, pétille,

déploie ton chant,

enivre-toi d’espace,

enivre-toi du vent,

ose, régale-toi !


Vis !

Je suis là.


G.H.



L'atelier d'écriture du souvenir

participer à une séance : s'inscrire au 06 30 80 32 95

Dates et informations sur le site de l'association




Comentários


bottom of page